• Coté "innovations cuisine", j'ai remporté la palme avec la recette des spaghetti alle vongole. Andrea m'a donné un 9/10, parce que ça ne se fait pas de mettre 10. Je sens que je vais prendre 10 kilos mais ça ne fait pas rien, parce que de retour en France je ne pourrai plus me permettre de manger aussi bien.

    Cet après-midi je fais une séance de photos en studio. Je ne vous l'ai pas dit ? J'ai continué à jouer les modèles du dimanche ! J'ai posé pour mon pote Andrea, mais aussi pour Ernesto, mon super-héros rencontré ce jour-là. Je devrais aussi me dandiner devant une photographe professionnelle dénommée Jole Constantino, qui parait-il est connue en Italie... Si tout cela était rémunérée, je serais riche ! En tout cas c'est amusant, c'est toujours ça de pris.

    Florian a trouvé un travail ! Je n'ai pas eu le temps de lui demander de quoi il s'agit, mais je suis contente pour lui. Comme quoi l'enthousiasme est la clé de la réussite (plus que la chance ?). Il invite des tas de gens chez lui vendredi soir, et j'irai y pointer mon nez.

    Je me suis pris un billet de train pour Bologne ! J'ai toujours eu envie d'y aller, et vu que mes jours ici sont comptés, je n'ai pas hésité à acheter les derniers billets bradés de la Trenitalia. Je pars mardi prochain juste pour la journée et en solo, exactement comme j'aime.

    Photo de Sylviette


    1 commentaire
  • En me promenant hier à Trastevere, je suis tombée par hasard sur ce petit quartier niché entre le Gianicolo et le Tibre. J'ai ainsi poussé une nouvelle porte cachée de la Rome paisible, et découvert une zone discrète, belle et très colorée. Les maisons y sont regroupées en résidences vraiment adorables, toutes rouges, traversées par les chats et les cordes à linge.

    Photo de Sylviette


    votre commentaire
  • J’ai commencé à chercher sérieusement du travail. Passivement, à travers une veille internet et ma candidature aux offres intéressantes, mais en tout cas bien plus active que jusqu’à présent. Quel sens cela pouvait bien avoir de chercher un taf deux mois avant de rentrer à Paris ? Ces histoires-là se règlent généralement en quinze jours maxi, parce que les offres sont souvent urgentes. Donc je cherche un emploi de chargée de communication ou conceptrice-rédactrice, parce que ma spécialité est d’écrire mais je connais aussi toutes les techniques liées à la communication institutionnelle (organisation d’événements, relations publiques, lèche-bottes presse…). Mes premières recherches ont de quoi être optimiste : il y a des offres, il y en a même plein ! Ce n’est évidemment pas dit que je trouve tout de suite, mais au moins c’est encourageant, pas comme il y a cinq ans lorsque je venais de finir le Celsa et qu’une belle galère nous attendait tous au tournant. Et puis j’ai maintenant un peu d’expérience, ce n’est pas comme si je n’avais jamais travaillé dans mon domaine.

    Désormais, mon CV raconte que j'ai été enseignante de français, commerciale dans le domaine du multimédia, photographe d'entreprise, rédactrice internet et chargée de communication pour un théatre. Disons que j'ai joliment reformulé l'intitulé de mes diverses missions. J'ai par ailleurs omis de préciser que celles-ci n'avaient duré, pour la plupart d'entre elles, que quelques jours, et que mes activités principales ont été serveuse et barmaid. Mon truc c'est la communication oui ou non ?


    votre commentaire
  • Je vis beaucoup de choses, le temps passe trop vite et ma cervelle est trop petite pour raconter tout ça comme il se doit. Je vais donc abréger.

    Je vais travailler dans un bar branchouille du Trastevere pour me maintenir en forme. C'est toujours un peu de sous en plus.

    J'ai décidé de cuisiner pour de vrai, et italien s'il vous plait ! Hier ma parmigiana d'aubergines a été un succès (auprès de mes cobayes), demain je m'attaque à l'un de mes plats favoris : les spaghetti alle vongole. C'est Mathieu qui va etre content, il testera au déjeuner. Je veux apprendre à cuisiner pour pouvoir reproduire les saveurs de l'Italie chez moi à Paris.

    J'ai assisté à un spectacle théatral unique : j'ai diné en compagnie d'une actrice qui jouait la comédie à son domicile, sur la terrasse de son appartement. Tout un concept : je ne la connaissais pas, elle a cuisiné pour moi et mes amis, elle nous amis en confiance et en confidence, puis elle a sombré dans une folie toute jouée. Je suis sortie de là remuée, je n'imaginais pas qu'une telle proximité et intimité avec l'art puisse exister.

    Nicola est enfin papa. Mon pote du bar est un nouvel homme, ça aussi c'est un beau spectacle.

    Evviva !


    2 commentaires
  • Pour ceux qui croient que la Villa Borghese est LE parc de Rome, et bien je les invite fortement à faire un saut un peu plus au nord, et à se perdre à travers les fourrés de l'immense Villa Ada. J'y ai fait un pique-nique jeudi dernier, il y avait une paix incroyable, un peu plus et on y passait la soirée. Quel luxe de pouvoir jouir des charmes de la ville en pleine semaine, en toute tranquilité ! Hier j'ai été à la mer et la plage était presque déserte, il est clair que ça n'avait rien à voir avec l'expédition du dimanche après-midi.

    L'été est vraiment là. Les 30 degrés de l'après-midi se transforment le soir en une douceur bien agréable qui permet de diner en plein air et de passer toute la nuit en terrasse. J'en profite tellement que parfois je me dis que je dépasse les bornes. J'en culpabiliserais presque : je ne travaille plus, je mène une vie de patachon, j'enchaine les excès... Comment vais-je faire pour me remettre dans le rythme lorsqu'il s'agira de reprendre un travail, de me taper les transports, de faire des économies ?...

    J'ai encore un mois pour profter à fond de la liberté que Rome m'a donnée. Avoir une date limite a du bon : on sait que les choses vont finir, alors on vit chaque chose avec intensité.

    Photo de Sylviette


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique