• Et dire que je n’étais jamais passée par là


    Cet après-midi, après mon service au resto, j'ai fait une petite promenade au-delà du Tibre. Armée de mon appareil photo numérique et de mon réflex (et oui, j'avais dit que je m'y remettrais !), j'ai commencé à arpenter une zone où je n'avais encore jamais mis les pieds : les petites rues situées entre le circo massimo et le Testaccio (haut lieu de la branchitude nocturne romaine). Pour la petite histoire, c'est Pierre, lecteur de mon blog et passionné de Rome, qui m'avait mis la puce à l'oreille en me conseillant d'aller faire un tour sur la place des rois de Malte, pile-poil dans ce secteur.
    Je commence donc à gravir la colline (car ça grimpe pas mal à Rome), et je découvre alors quelque chose d'extraordinaire. Derrière le virage, un petit village, et dans ce petit village, une place de l'Eglise comme dans les patelins de Provence. Nous sommes bien à Rome, et pourtant, à quelques mètres de l'une des plus grosses attractions touristiques de la ville (le Mont palatin), on se retrouve complètement ailleurs.
    Adieu la rumeur des voitures en furie, des touristes en sac à dos, des buvettes et snack à gogo. Ici c'est la paix, la vieille pierre des campagnes, la vieille deux chevaux et les plantes grimpantes sur les maisons.
    Rome est décidément la ville de tous les contrastes.


    Photo de Sylviette


  • Commentaires

    1
    Jeudi 21 Avril 2005 à 19:08
    comme dirait heaven cherie
    c'est la rome underground!ça doit etre le bonheur ça,se ballader dans des coins sympas comme ça.zizi fan de l'italie!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :